Publié par : crise2007 | octobre 30, 2007

Maroc : Un gouvernement de figurants

Un gouvernement de figurants
Mohamed Lamri

Le nouveau gouvernement est une farce. Et l’on se trompe énormément si on continue à croire que le peuple marocain peut encore être le dindon de la farce.
Quand il a refusé en bloc de se rendre aux urnes lors des dernières élections, il ne s’est pas trompé. Les faits le confortent bien dans ce choix. Que lui importent ces élections si sa volonté n’y a pas le moindre impact, si ensuite tout se fait contre sa volonté?
Qu’importe si tout ce qu’on lui demande c’est d’aller voter le jour du scrutin, rien de plus !
Ne se faisant plus d’illusions, il refuse désormais qu’on le prenne pour un peuple stupide. Il ne veut plus adhérer au pseudo processus démocratique tant clamé; il refuse tout simplement la politique du pire, du mépris et de la dérision.
Dans ce pays, l’on assiste, depuis un certain temps, à un foisonnement de concepts et de slogans qui déconcertent les politologues les plus chevronnés. Que n’a-t-on pas entendu sur la nouvelle conception du pouvoir, le gouvernement d’alternance ou de consensus, la transition démocratique, les acquis démocratiques et que sait-on encore…!!
Mais tout le monde s’accorde à dire que le gouvernement qui vient d’être désigné est une mascarade à plusieurs égards.
Retenons seulement qu’il est anti-démocratique car il n’est pas issu des urnes. Dans une vraie démocratie, les partis politiques ont la liberté totale de tractations pour former des coalitions homogènes permettant de dégager une majorité confortable et un gouvernement fort et cohérent, ayant un programme et la capacité de l’exécuter.
Or le nouveau gouvernement marocain a été choisi et désigné par le palais. C’est le palais, par le truchement de ses conseillers, qui a posé des conditions à sa constitution, en a nommé puis proposé les membres à Abbas El Fassi pour qu’il les propose à son tour au roi, histoire de respecter la constitution. N’est-ce pas une façon de rire sous cape et de ridiculiser le peuple?
C’est un gouvernement monarchique. Dominé par le parti du roi, il ne jouira jamais de la liberté de choix, de décision et encore moins d’action. Il se limitera au seul programme du roi, annoncé dans le discours royal d’ouverture du mandat parlementaire. Certains ministres, y compris El Fassi, n’ont pas omis de mentionner qu’il se limiterait au programme de sa majesté.
Adieu les projets de société et les programmes électoraux élaborés par les états majors des partis! Ce n’était que de la propagande pure et simple. Tout le peuple le savait, sinon il n’aurait pas boudé les urnes; sauf peut-être les partis eux-mêmes, qui continuent à croire ou font encore semblant d’y croire.
Ces partis ne jouissent plus d’aucun crédit auprès du peuple. Il est lamentable de voir beaucoup de leurs dirigeants les plus influents se lamenter devant les portes du palais quémandant un poste gouvernemental si minime soit-il, déposant directement au cabinet royal des demandes, sans se référer à leurs partis!
C’est en fait un gouvernement fantoche, non représentatif et anti-constitutionnel, un gouvernement d’intérêts personnels.
On ne peut pas résister à la tentation de spéculer sur sa longévité. On l’imagine très bientôt remplacé par un gouvernement du parti royal, formé uniquement de ces membres à qui on a collé l’étiquette d' »indépendants » ou « technocrates », pour créer la diversion, alors qu’ils ne sont pas vraiment indépendants ni technocrates.
Il est vraiment regrettable que des milliards aient été engloutis par un processus électoral vain et inutile, des milliards dont ont besoin des millions de marocains vivant sous le seuil de la pauvreté; des milliards qui auraient pu servi dans des projets de développement socio-économiques pour diminuer la misère de ces couches sociales démunies et endiguer quelque peu le fléau du chômage.
De ce fait, les marocains n’ont pas le droit d’espérer que le nouveau gouvernement aura l’oreille attentive à leurs doléances. Dépourvu de légitimité populaire et donc de souveraineté véritable, il ne sera responsable que devant le roi. Ce qui est d’ailleurs clairement stipulé dans la constitution. Il ne le sera jamais devant le peuple, à travers un parlement également fantoche, dépourvu de toute véritable prérogative.
Dans ce pays, le moment n’est-il pas venu d’arrêter cette mascarade pour restituer au peuple sa souveraineté, c’est-à-dire son droit légitime de choisir librement ses dirigeants, qui ne seront véritablement responsables que devant lui, à travers un parlement représentatif et une véritable séparation des pouvoirs dans le cadre d’une véritable démocratie qu’il aura méritée.

 
Date de publication : 26/10/2007

source : http://www.aljamaa.net/fr/detail_khabar.asp?id=276&idRub=5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :