Publié par : crise2007 | octobre 31, 2007

Le Maroc, champion du gouvernement en kit !!!

Le Maroc, champion du gouvernement en kit
Mohamed Chbani

En effet, il s’agit d’une marque déposée au royaume makhzénien, des gouvernements en kit. Vous savez, c’est comme ces meubles qu’on monte et qu’on démonte à volonté et qui- entre nous- sont d’une solidité plus que douteuse. Cette fois le bon élève des démocraties occidentales parmi les pays arabes a tenu toutes ses promesses. Par une prouesse digne des grands stratèges, on a réussi à former un gouvernement en trois jours alors qu’un mois de tractations n’a pas réussi à mettre d’accord la coalition de partis qui auraient gagné les élections.
La solution était somme toute assez simple, il fallait s’approvisionner d’abord dans les boutiques politiques traditionnelles, faire ensuite des emplettes du côté des technos et enfin, cerise sur le gâteau, pour les ministères de pacotille placer une comédienne sur le retour à la maison de la culture, (remarquez dans un pays à moitié analphabète on ne va pas faire dans la dentelle) et une médaillée olympique à la jeunesse et les sports.
A gouvernement impotent, premier ministre malade. Mais pourquoi s’en faire car au fond, au Maroc, avouons-le, le gouvernement ne sert pas à grand-chose, car les clés du pouvoir sont ailleurs…
Les marocains eux, au lieu d’aller voter, sont occupés par cette vie qui devient de plus en plus chère, par cette inflation qui tend vers l’infini et cette crise sociale qui n’en finit pas. Les syndicats ont depuis longtemps jeté l’éponge. Il ne reste plus que quelques associations qui font ça et là des sit-in contre la cherté du coût de la vie, dernière soupape tolérée par le régime non pas par réelle conviction mais juste pour faire semblant dans le pays champion des faux-semblants.

En fait, la question qui reste sans réponse, c’est comment dans un pays qui se lance dans des ouvrages d’envergure censés créer du travail, les gens sont toujours sans travail. Comment alors que l’argent coule à flot de toutes parts grâce à l’aide publique européenne et américaine, alors que les réserves en devises sont phénoménales grâce aux virements de nos compatriotes résidant à l’étranger et qui triment nuit et jour pour pouvoir épargner quelques sous pour aider la famille restée au bled, alors que les spéculateurs immobiliers amassent des fortunes colossales, presque la moitié des marocains vivent toujours en dessous du seuil de la pauvreté. (merci Mr Harouchi pour votre formidable carte marocaine de la pauvreté, elle a beaucoup aidé les pauvres à savoir qu’ils sont vraiment pauvres).

Des initiatives pour le développement aux campagnes de distributions de denrées alimentaires, rien n’y fait : les marocains sont de plus en plus pauvres. Les gens bien pensants vous diront qu’il en est de même en occident à savoir que les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, mais le tableau n’est pas le même car là-bas il y a un minimum qu’on ne retrouve pas ici. Ici le rouleau compresseur du makhzen a réussi à aliéner les pauvres par la recherche quotidienne de moyens de subsistance, et il a réussi à aliéner les moins pauvres par la quête d’en avoir toujours plus de peur de redevenir pauvres. Pour les fortes têtes qui refusent de manger la soupe aux carottes, il reste toujours le bâton : le cas de Omar MOHIB est très éloquent dans ce registre, car ce grand monsieur sympathique et aimable en refusant les avances du makhzen s’est vu accusé de meurtre et jeté en prison pour une dizaine d’années (que Dieu fasse qu’il soit libéré le plus tôt possible). Le cas de Monsieur MOHIB montre aussi que quand les socialistes veulent réformer la justice dans ce pays, ils n’y vont pas par quatre chemins !

Jusqu’à quand ce manège plus qu’instable tiendra, jusqu’à quand l’injustice aussi bien civile que sociale régnera. La dernière explosion sociale de Sefrou n’était que la partie visible de l’iceberg, tout le monde le sait bien. La situation actuelle prédit des émeutes de la faim autrement plus graves. Comment le deviner ? Pour ceux qui ont toujours cru que l’étranger a raison, ils n’ont qu’à lire tous les rapports des organismes internationaux qui concernent le Maroc, ils verront que nous allons droit vers le mur. Et cette cécité conjoncturelle nous coûtera cher, de même que pour ceux qui se veulent « Sarkozystes » dans l’exercice du pouvoir, nous leur faisons remarquer qu’il y a une grande différence entre l’exercice du pouvoir dans un pays qui possède des institutions indépendantes et souveraines – à savoir la France- et son exercice dans un pays totalitaire où les institutions ont pour slogan l’arbitraire. Comparer l’exercice du pouvoir en France et au Maroc revient à comparer un éléphant et une fourmi.

Pour revenir à la dernière cuvée de la maison de la sagesse, et pour ne pas trop accabler ce gouvernement en langes, nous lui dirons ce que dit le proverbe connu :
« Au royaume des aveugles, le borgne est roi».

 
Date de publication : 30/10/2007
 
 

source : http://www.aljamaa.net/fr/detail_khabar.asp?id=277&idRub=5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :