Publié par : crise2007 | novembre 11, 2007

L’Iran pourrait-il couler un porte-avion américain ?

L’Iran pourrait-il couler un porte-avion américain ?

 

L’Amirauté américaine, à commencer par Fallon, désormais en charge du CENTCOM, est très réticente à une action contre l’Iran. Le Sizzler, un missile russe dévastateur pour lequel la Navy n’a pas de parade, est-il la cause de cette prudence ?

Par Tony Capaccio, Bloomberg, 23 mars 2007

La Marine américaine, après six ans d’avertissements lancés par les contrôleurs du Pentagone, n’a toujours pas de plan pour défendre ses porte-avions contre un missile russe supersonique, telle est la conclusion à laquelle parviennent les fonctionnaires du Département de la Défense.

Le missile, connu à l’Ouest sous le nom de code de « Sizzler, » a été déployé par la Chine et il est possible qu’il ait été acquis par l’Iran. Selon un document interne du Pentagone, Gordon England, adjoint au Secrétaire de Défense, a donné à la Marine jusqu’au 29 avril pour expliquer comment elle répondra à la menace posée par ce missile.

Le service d’évaluation des armements au Département de la Défense juge la menace si sérieuse que son directeur, Charles McQueary, a averti dans un mémorandum le responsable des achats du Pentagone qu’il pourrait interrompre les programmes de constructions de navires jusqu’à ce que le problème soit résolu.

« C’est une arme de destruction des porte-avions, » déclare Orville Hanson, qui évalue les systèmes d’armes depuis 38 ans pour la Marine. « C’est son but. »

« Otez les porte-avions et la Chine peut entrer à Taiwan, » avertit-il. La Chine a acheté ces missiles en 2002 avec huit sous-marins diesels conçus pour le lancer, indique le porte-parole des services de renseignement de la marine Robert Althage.

Un fonctionnaire du Pentagone, s’exprimant à condition de préserver son anonymat, déclare que la Russie a aussi proposé ce missile à l’Iran, bien qu’il n’y ait aucune preuve qu’une vente ait eu lieu. Dotés du Sizzler, les iraniens pourraient défier la capacité de la Marine américaine de garder ouvert le Détroit d’Ormuz, par lequel transite environ 25 pour cent du pétrole mondial.

Rapide et volant bas

(JPG)

« C’est un missile volant très bas, très rapide, » précise le Contre-amiral à la retraite Eric McVadon, un ancien attaché naval américain à Pékin. « Il n’est pas repérable avant d’être tout à fait proche. Entre le moment où vous le détectez et celui où il vous frappe, le délai est très court. Nous aimerions connaître nos capacités à faire face à ce type de missile. »

Le système Aegis qui équipe les bâtiments de la Navy, déployé sur les croiseurs et les destroyers depuis le début des années 1980, est conçu pour protéger les formations aéro-navales des attaques de missile. Mais les fonctionnaires en poste estiment que la Marine n’a aucune assurance que l’Aegis, construit par la Société de Lockheed Martin, soit capable de détecter, suivre et intercepter le Sizzler.

« C’était déjà un problème quand j’ai pris mes fonctions en 2001, » déclare Thomas Christie, qui fut responsable des programmes d’essais des armes au Département de la Défense de la mi-2001 jusqu’au début de l’année 2005.

Un problème grave

« La Navy a reconnu que c’était un problème grave et au cours des ans, j’ai eu des promesses continuelles qu’ils allaient mobiliser le financement du développement et la production » des missiles qui pourraient émuler le Sizzler afin d’aider à développer une défense contre cette arme, déclare Christie. « Ils ne ’ont pas fait. »

Le résultat c’est que dans un conflit, les Etats-Unis « enverraient une plate-forme d’un milliard de dollars avec tout son équipement et son équipage dans une situation délicate sans aucune certitude que nous pourrions vaincre ce qui apparaît comme une menace très proche, » avertit Christie.

La Navy a étudié le développement d’un programme de test contre le Sizzler, « mais n’a aucun plan dans l’avenir immédiat pour lancer un effort sur un tel programme, » écrit Rob Koon, le porte-parole du Naval Air Systems Command.

Le lieutenant Bashon Mann, un porte-parole de la Navy, déclare que la marine est consciente des capacités du Sizzler et « explore des alternatives convenables » de défense contre sa menace. « Les cuirassés d’escadre américains ont une capacité défensive à plusieurs niveaux qui leur permet de contrer les menaces des différents missiles, » affirme Mann.

Inquiétudes croissantes

(JPG) McQueary, le responsable du bureau des essais au Pentagone, a fait état de ses inquiétudes en l’absence de plans de tests de la Navy pour ce missile dans un mémorandum adressé le 8 septembre 2006 à Ken Krieg, le sous-secrétaire d’État à la Défense pour les achats. Il a aussi exprimé ses inquiétudes à England, l’adjoint au Secrétaire à la Défense.

Dans ce mémorandum, McQuery écrit que tant que la menace du Sizzler n’aura été traitée, son bureau n’approuverait pas les tests requis pour autoriser la production de plusieurs autres projets, y compris le nouveau projet de porte-avions CVN-21 d’un coût de 35.8 milliards de dollars développé par Northrop Grumman et le projet de destroyer DDG-1000 de 36.5 milliards développé par Northrop et la société Général Dynamics ainsi que deux projets de Raytheon, le Missile-6 Standard de 6 milliards et le Système d’auto-défense des Navires de 1.1 milliards.

Les tableaux préparés par la Navy pour un briefing ayant eu lieu en février 2005 avec les entreprises du secteur de la défense indiquent que le Sizzler, également nommé SS-N-27B, commence par voler à la vitesse subsonique. Lorsqu’il arrive à 10 miles nautiques de sa cible, une ogive autopropulsée se sépare alors et accélère à trois fois la vitesse de son, en volant à moins de 10 mètres au-dessus de la mer.

Approche Finale

Durant la phase d’approche finale, le missile « a le potentiel d’ exécuter des manoeuvres défensives hautement efficaces » y compris des manœuvres d’évitement en effectuant des variations de cap très prononcées, écrit le Bureau du renseignement de la Navy dans un de ses manuels sur les menaces maritimes mondiales.

Le Conseil Scientifique de Défense, une agence indépendante dans le Pentagone qui fournit des évaluations sur les questions de défense importantes, a écrit dans un rapport d’octobre de 2005 que le Sizzler est « unique ». La plupart des missiles de croisière antinavires volent en-dessous de la vitesse de son et en route droite, ce qui les rend plus facile à suivre et à viser.

« Nous prenons la menace très au sérieux, » déclare l’Amiral Michael Mullen, le responsable des opérations navales américaines.

« Le Secrétaire à la Défense England nous a demandé de le rencontrer en avril et de lui communiquer notre approche, » a déclaré Mullen lors d’une interview avec Bloomberg TV. « Il ne peut y avoir une seule réponse. Ce sera probablement une réponse à multiples facettes. »

Le Sizzler « est très rapide et il a des caractéristiques manoeuvrantes qui nous inquiètent, » a déclaré Mullen. « Cela nous a mis dans une situation ou nous devons l’évaluer aussi rapidement et précisément que nous le pouvons. »

McQueary, dans sa déclaration transmise par e-mail le 16 mars, écrit que « pour ce que nous en savons, » la Navy n’a pas débuté de programme d’essai ni répondu aux recommandations du conseil. « La Marine peut rechigner à investir dans le développement d’un nouveau programme, étant donné ses autres factures," écrit-il.

Marketing Agressif

Le producteur russe du Sizzler, le Bureau de Design Novator, une entreprise d’Etat située à Yekaterinburg, « commercialise agressivement cette arme durant les salons d’armements internationaux, » déclare Steve Zaloga, un spécialiste des missiles au sein du Teal Group, un organisme de recherche sur les questions de défense basé à Fairfax en Virginie. Récemment ce le missile a été présenté à l’IDEX 2007, la plus grande exposition d’armes du Moyen-Orient.

Zaloga nous a fourni une page de la brochure commerciale de Novator présentant le missile.

Alexander Uzhanov, un porte-parole de l’agence russe Moscovite d’exportation d’armes Rosoboronexport, qui supervise Novator, a refusé de commenter.

Menace pressante

(JPG) 

Sous-marin de la classe Kilo

McVadon, qui a écrit au sujet de la marine chinoise [1], appelle le Sizzler « la menace la plus efficace et urgente à laquelle les américains auraient à faire face en cas d’un conflit à Taiwan. » Jane, le groupe basé à Londres spécialisé dans le renseignement et la défense, a annoncé en 2005 dans sa publication « les Missiles et les Fusées » que la Russie avait proposé ce missile à l’Iran à l’occasion de la vente de trois sous-marins de la classe « Kilo » au cours des années 1990.

Ce rapport a été confirmé par un fonctionnaire du Pentagone qui a demandé l’anonymat. L’ Agence de Renseignement de la Navy a suggéré la même chose dans un rapport en 2004, soulignant dans son évaluation des menaces maritimes l’acquisition possible par l’Iran de sous-marins diesel russes supplémentaires « avec des missiles de croisière antinavire avancés. »

Le Conseil Scientifique de Défense, dans son rapport de 2005, a recommandé que la Navy « mette en place immédiatement » un plan de production d’une émulation du Sizzler qui pourrait être utilisée pour la réalisation de tests.

« Le temps est ici le facteur essentiel, » juge le Conseil.

Lire : SS-N-27 sur Wikipedia , Federation of American Scientists


Publication originale Bloomberg, traduction Contre Info

[1] Rear Admiral (U.S. Navy, Retired) Eric A. McVadon : Recent Trends in China’s Military Modernization

 

source : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1419

About these ads

Responses

  1. y not speak english before y je me pique le cou
    donc ici on speach french
    je lis et j’écoute
    les guérres commence toujours de la même facon
    il y as d’abord une crise commerce ou une crise d’égo des gouvernants concernés
    alors cherchons et trouvons
    ensuite pour de ce qui est de qui va gagner
    il faut regarder qui n’as rien à se reprocher
    on en arrive toujours au même conclusion
    l’indochine et les colonnies ont été laché parce que l’occident a créer une histoire sale par l’intermédiaire d’une minorité
    les conflits futurs seront également de cet ordre là mais il est vrai que si les ricains perde l’usage de leurs porte avions par un missile adéquate il est toujours possible de construire des porte avions furtifs et beaucoup plus petit mais pouvant frappé comme le ferait les missiles balistiques
    toutes les questions sont donc de savoir si on engage des unités à gros potentiels humain comme les PA ou si on gére une nouvelle technologie permettant de l’éviter donc
    la guerre totale comme certain la phantasme entre la chine la russie l’iran l’usa et le reste donc l’europe
    il faut réfléchir à savoir si les dirigeants de ces pays sont des gens normaux la questions peut faire rigoler un spy mais on en revient encore à l’égo de ces gouvernants ou l’égo résultant de groupes de gouvernants ce qui n’est plus la même chose sur le terrain en individuel quand collectifs belliqueux
    alors la crise que traverse les marchés financiers annonce t’elle une plus grosse crise si on se met dans le schéma simpliste de crise de 29 crise de 39/45 on pourrait le penser si on fait le rapprochement conso pétrole et matières premiéres en opposition bloc occidentale bloc asiatique la réponse est certainement dans le dévellopements urgent d’énergie nouvelles ou de transfert vers une technologie moins basé sur le pétrole
    ce défit c’est ce à quoi douivent répondre nos cher chercheurs
    si les arides de la tendresse que sont les financiers et les profiteurs de tous les camps leur en laisse le temps on évitera une guérre
    dans un cas de guerre donc le petit pays qui est le miens et ses petits soucis franco francais seront bien petits face au bouleversement mondiaux
    mais les soucis viennent toujours de là où on les attend le moins
    sommes nous sur que le phantasme européen d’une attaque venu de l’est soit bien crédible la russie a t’elle changée la chine a t’elle changée
    ont ils un intêrêt à lancer leurs peuples en guerre
    la question se pose de savoir si leur peuple ne peuvent pas nous surprendre et ne suivent pas leurs dirigeant s’il s’avérer bqu’il serait fou
    l’iran et le golfe est aussi une cible de ce genre de crainte ce qui est sur c’est que les trente années à venir vont surrement être aussi grouillantes de faits majeur qui vivra verra
    pour ce qui est de savoir si le livre blanc francais répond au crise future potzentiel un porte avion américain coulé sur conbien de reste fin 45
    alors un second pa francais pour épauler le charles de gaule c’est une rigolade si la france veut éviter un conflit locale type malouines le PA 2 est conseillé sauf si en face on obtient par le marché parralléle un type d’armes capable de le détruire donc la france as t’elle une guerre eventuelle type malouines a faire face d’ici dans les vingt ans futurs
    la réunion iles stratégique question????
    la nouvelle calédonie
    la petite commore ???
    les antilles .
    la guyane
    kerguelen
    les iles crozet et amsterdam dans le coin de l’antartique ????????
    la corse………………!!!!!!
    l’ile de ré …..non????jospin va t’il nous attaqué cet ancien trotkiste non çà cétait pour détendre
    pour finir et je conclurerai par le sens du bon vieux pécore captaintavern mieux vaut en avoir que pas du tout ou rester neutre comme les suisses ???bataille49@hotmail.fr

  2. en avoir tu parle des coucougnettes ou du PA 25

  3. de tout facon les americain trouve toujour et deja trouver comment trouver la parde


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: