Publié par : crise2007 | décembre 15, 2007

L’Iran déclare la guerre au dollar !

L’Iran déclare la guerre au dollar !

 

 

L’Iran a décidé de renoncer à la monnaie américaine pour l’exportation de son pétrole. Le ministre iranien du Pétrole Gholam Hossein Nozari a déclaré: « Nous avons cessé de vendre notre pétrole brut en devises américaines dans le cadre de notre politique d’échange de pétrole contre des devises autres que le dollar ».


 Par Igor Tomberg, pour RIA Novosti

L’Iran se préparait depuis longtemps à renoncer à la monnaie américaine, puisqu’il avait progressivement réduit ces deux dernières années la part des pétrodollars dans ses recettes. En tant que motif à ce renoncement, on invoque la dévalorisation du billet vert: « La chute du cours du dollars US cause un grave préjudice aux pays exportateurs de pétrole, il n’y a plus de confiance dans le dollar ». Mais il y a certainement un calcul purement politique parmi ces motivations. Comme l’a expliqué fin novembre le président du parlement iranien Gholam-Ali Haddad-Adel au cours d’une conférence de presse à Bakou, « l’introduction dans le monde de rapports commerciaux en dollars assure aux Etats-Unis la possibilité de faire pression sur certains pays ».

Plusieurs représentants de l’OPEP ont émis des doutes quant au bien-fondé de l’emploi du dollar en qualité d’unité de compte dans le commerce des ressources énergétiques, cela concerne avant tout les adversaires les plus farouches des Etats-Unis: le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et le président vénézuélien Hugo Chavez. M. Ahmadinejad a invité ses partenaires au sein du cartel pétrolier à renoncer au dollar dans le commerce du pétrole: « Dans les transactions économiques, commerciales et pétrolières, il faut le remplacer (le dollar) par une autre monnaie, plus fiable ». Bien que l’Iran occupe la deuxième place au sein de l’OPEP pour le volume de pétrole fourni sur les marchés mondiaux, cette idée n’a pas encore rallié le soutien de la majorité des membres de l’organisation. L’Arabie Saoudite a bloqué en novembre la proposition de l’Iran et du Venezuela d’examiner la question du refus des pays de l’OPEP de vendre du pétrole en dollars, néanmoins, six pays du golfe Persique étudieront de nouveau la possibilité de vendre leur brut contre d’autres devises.

Le fait que le vice-président du conseil d’administration de Gazprom Alexandre Medvedev ait déclaré le 30 novembre à New York que le monopole russe du gaz envisageait de vendre du pétrole et du gaz contre des roubles, plutôt que contre des dollars ou des euros, est significatif. Les dirigeants du géant gazier sont contraints de changer de politique monétaire en raison de la situation sur les marchés financiers mondiaux. Le calendrier de l’adoption de cette décision n’est pas précisé mais selon M. Krouglov, directeur du département économie et finances de Gazprom, le passage aura lieu plus tôt qu’on ne le pense.

Dans le contexte d’affaiblissement incessant de la monnaie américaine, le rattachement des exportations au dollar est très désavantageux. Dans le cas du gaz, le prix est fixé dans des contrats à long terme et, au cours de leur réalisation, le dollar peut perdre 15 ou 20% de sa valeur compte tenu des taux actuels de sa chute. Ainsi, depuis début 2007, le dollar a déjà perdu plus de 10% par rapport au panier de devises. Par conséquent, les recettes des exportateurs russes de pétrole et de gaz ont diminué.

La baisse de l’attrait pour le dollar dans le monde entier est un fait indéniable. L’euro gagne en popularité. La diversification considérable des opérations de change illustre parfaitement ce processus. Par exemple, en 2005, la part des autres monnaies constituait 8,1% de la somme globale des transactions. Cette année, cet indice a déjà dépassé 18% et, comme l’assurent les spécialistes, ce chiffre n’a pas atteint sa limite, loin s’en faut.

Les monnaies de plusieurs pays commencent à rejoindre le pool des principales monnaies de réserve. Le Conseil de coopération du Golfe, dont font partie, entre autres, les grands exportateurs proche-orientaux d’hydrocarbures, a annoncé son intention de lancer le « dinar du Golfe », monnaie régionale commune qui pourrait être mise en circulation d’ici trois ans et avoir la même importance que le dollar et l’euro. Le conseil regroupe, en plus des Emirats arabes unis, l’Arabie Saoudite, Bahreïn, le Koweït, le Qatar et le Sultanat d’Oman.

Fin novembre 2007, Omar bin Sulaiman, gouverneur du Dubai International Financial Center (DIFC), a déclaré dans une interview au journal Al Bayane qu’au moins trois des pays producteurs de pétrole de la péninsule arabique avaient l’intention de renoncer au rattachement de leurs monnaies nationales au dollar US. Il n’a pas cité ces pays ni précisé à quel moment cette décision serait prise, se bornant à indiquer que cette question était actuellement examinée par la Banque centrale des Emirats arabes unis. Selon son gouverneur, Sultan Ben Nasser al-Suwaidi, la BC « étudie sérieusement le renoncement au rattachement du dirham au dollar US et le changement de politique monétaire ». Le 15 novembre, il a précisé que les Emirats renonceraient probablement au rattachement du dirham au dollar en raison de l’instabilité de celui-ci et passeraient au panier de devises. De l’avis général, la chute du dollar se poursuivra, ce qui continuera à favoriser un changement d’attitude à son égard.

Début 2007, la Chine a décidé catégoriquement de se débarrasser d’une bonne partie des dollars de ses réserves d’Etat. A ce jour, les réserves de devises de la Chine comportent 800 milliards de dollars. Pour l’essentiel, ce sont des obligations émises par le département américain du Trésor. D’après les prévisions, la Chine comptera cette année mille milliards de dollars de créances du gouvernement américain. La nouvelle politique de Pékin, même si elle ne sape pas les positions globales du dollar, entraînera une présence plus importante des monnaies et des titres de l’Union européenne et des Etats voisins de la Chine dans les réserves chinoises de change. Les analystes prévoient une diminution d’environ 15% de la part des dollars dans les réserves de devises de la Chine. Notons que 1% des réserves chinoises de change représente environ 14,5 milliards de dollars.

Début novembre, le vice-président de la Banque centrale de Chine Xu Jian a indiqué: « le statut du dollar en tant que monnaie mondiale n’est pas solide, la fiabilité des actifs en dollars se réduit. J’estime que le dollar continuera à s’affaiblir en 2008 à cause de l’accroissement du déficit commercial des Etats-Unis ». En même temps, Pékin déploie de grands efforts en vue de rehausser le rôle de sa monnaie en Asie et dans le monde entier. Le gouvernement chinois utilise progressivement sa monnaie nationale aussi bien pour effectuer des règlements avec les pays voisins que pour ses investissements à l’étranger. Le rôle de la livre sterling s’est considérablement accru ces dernières années. La monnaie britannique occupe actuellement la troisième place parmi les monnaies de réserve les plus répandues. Entre 2000 et 2007, la part de l’épargne en livres sterling dans le monde entier est passée de 2,8 à 4,2%.

Certes, le renoncement total au dollar en qualité de monnaie de réserve mondiale est irréaliste, car cela pourrait provoquer un effondrement des finances globales. Mais des signes de plus en plus nombreux témoignent de l’aspiration des nations à réformer le système fondé sur le dollar. Naturellement, les premiers à réclamer cela sont les pays que les Etats-Unis ont froissés: l’Iran et le Venezuela. Mais ils sont également suivis par des Etats dont le bien-être dépend directement du cours du billet vert. Il s’agit des pays qui possèdent d’immenses réserves de devises (Chine) et des exportateurs d’hydrocarbures (Etats arabes, Russie, Iran et Venezuela).

Dans le cas du pétrole et du gaz, le renoncement aux cotations en dollars pourrait entraîner la réforme de tout le système commercial fondé sur le billet vert et les bourses occidentales: celles de New York et de Londres. Cela étant, les pays producteurs de pétrole (et, compte tenu de la formation des prix, les pays producteurs de gaz) n’ont aucune possibilité d’influer sur les prix de leur principal produit. La Russie se trouve traditionnellement dans cette situation. Ces derniers temps, l’influence de l’OPEP sur les prix du pétrole s’est considérablement affaiblie. Une situation dans laquelle les prix du combustible sont fixés par le camp des pays acheteurs est anormale. Par conséquent, profitant de l’affaiblissement évident du dollar (et de l’atmosphère psychologique qui l’entoure), les pays producteurs commencent à lutter pour renverser ce système. La hausse du prix des hydrocarbures et la crainte que leurs réserves ne s’épuisent prochainement jouent en faveur de ces Etats. Le moment est bien choisi. A présent, on peut s’attendre à un rapprochement entre les pays producteurs qui s’effectue déjà, par exemple, dans le secteur du gaz (les premiers pas vers la création d’une « OPEP du gaz » ont été faits en mars 2007 à Doha).

Evidemment, le passage à l’euro (ou aux rouble, dinar, yuan…) pour le paiement des livraisons de pétrole ne peut se faire du jour au lendemain. Cependant, la démarche de l’Iran, surtout si ce dernier est suivi dans cette voie par d’autres pays producteurs de pétrole, est potentiellement capable d’ébranler fortement la toute-puissance du dollar dans le commerce mondial.

Igor Tomberg est chercheur au Centre d’études énergétiques de l’Institut d’économie mondiale et de relations internationales de l’Académie russe des sciences.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l’auteur.

 

 

source : http://www.alterinfo.net/L-Iran-declare-la-guerre-au-dollar_a14761.html?PHPSESSID=86cc7847557acd9484687f2fcd6607a8
Publicités

Responses

  1. […] Source: Global Systemic Crisis […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :