Publié par : crise2007 | mai 11, 2008

La face apparente de l’iceberg au Maroc (1) : Le retour de la stagflation (i)

La face apparente de l’iceberg au Maroc (1) : Le retour de la stagflation (i)

 

 

 

Hicham Benbrahim

Avec le renchérissement des hydrocarbures et des matières premières (ii) et le creusement du déficit américain conjugué à la chute vertigineuse du dollar US, les conjoncturistes se demandent s’il s’agit des prémices d’une nouvelle crise économique internationale à l’instar de celle des années 1970 (suite à la décision des pays arabes producteurs du pétrole d’utiliser l’arme de l’or noir dans le conflit arabo-israélien, le monde a connu une forte récession économique conjuguée à un chômage galopant). A peu près dans les quatre coins du globe, les vagues de protestation des personnes ayant vu leur pouvoir d’achat se déprécier face à la montée du coût de la vie n’ont pas tardé à se manifester. Par ailleurs, l’éveil du grand dragon, la Chine, a changé les données de l’équation économique mondiale : une forte demande en matières premières et de consommation et une forte offre de produits à bon marché. Ce sont donc les pays exportateurs non producteurs du pétrole, dont le Maroc, qui souffrent le plus.
Le monde se réveille au mois d’Avril 2008 avec des marches de protestation contre la hausse des prix dans au moins 10 pays dont l’Egypte qui a mobilisé ses forces de l’ordre contre l’effervescence des rues. Néanmoins rappelons qu’au Maroc le mouvement s’est déclenché spontanément un an auparavant à Sefrou. Actuellement, l’ordre est maintenu par la pression et l’autocensure bien que certaines institutions de l’économie sociale se sont structurées pour cette cause.
Quels sont les soubassements de la stagflation au Maroc ? Quelles sont les solutions mises en œuvre et celles préconisées pour venir à bout de ce phénomène ?

1- La stagflation : une réalité au Maroc
Il n’est pas très difficile de confirmer que la relation inverse qui existe entre l’inflation et l’emploi n’est pas opérationnelle dans le cas marocain. Sans entrer dans les détails techniques, on se contentera de passer en revue un ensemble d’indicateurs révélateurs (le taux d’inflation, le taux de chômage, … et les indicateurs des dépenses des ménages).
L’inflation s’est établie à 2,4% en février 2008 et l’analyse confirme la persistance de risques orientés à la hausse sur l’évolution future de l’inflation (iii). Le taux d’inflation cache de fortes disparités régionales : les villes comme Oujda, Meknès, Fès, Marrakech, Laâyoune et Rabat sont plus touchées, de 2,3% à 4,1%. Concrètement, les prix des biens de première nécessité ont augmenté comme suit : farine spéciale 70%, huile de table 50%, sucre 23%, beurre 66%, lait 5% … Bref, un calcul simple du coût du panier d’un ménage moyen constitué de 5 personnes serait de 100 dirhams/jour au minimum sans parler du loyer et des factures d’eau, d’électricité et des télécommunications (iv).
Par ailleurs, le taux de chômage au niveau national s’est situé à 9,7% (14,5% urbain et 4,1% rural) au lieu de 10,9% un an auparavant. En volume, c’est plus d’un million de la population active en 2006 qui est en chômage, dont 1/4 de diplômés supérieurs majoritairement sans emploi pour une durée dépassant un an (v). L’indomptable chômage est un véritable casse tête : sit-in devant le parlement et ailleurs, immigration clandestine, etc.
En se référant aux standards internationaux, pour que le développement économique soit soutenable (compétitivité et création d’emplois) le taux de croissance du produit intérieur brut « PIB » devra se maintenir à un seuil d’au moins 7%. Chose qui est loin de se réaliser au Maroc. L’analyse économétrique faite par Achy et Sekkat (2007) (vi) suggère que « dans le cas du Maroc l’accumulation du capital physique n’a pas généré une croissance plus élevée. De même, la croissance de la population et les conditions climatiques ont eu un impact négatif sur la croissance. »
En volume, le PIB per capita au Maroc est d’environ 19000 dirhams, soit 1600 dirhams par mois durant les deux dernières années. Seulement, ce n’est pas ce que va recevoir chaque marocain faute de répartition équitable (80% des richesses sont accaparées par le décile des riches). Résultat, 12 millions des marocains sont vulnérables à la pauvreté et quelques 3 millions sont au-dessous du seuil de pauvreté fixé à 10 dirhams personne/jour. Seuil à revoir en raison de l’inflation galopante et du sentiment de la grande majorité des marocains de l’inexistence de la prospérité.
Pour sa part, le SMIG (salaire minimum garanti) est resté stable en nominal et s’est légèrement déprécié en termes réels (vii). L’épreuve de la réalité montre que beaucoup de salariés reçoivent des rémunérations en-dessous du SMIG (agents de sécurité, travailleuses du textile, etc.). On peut certifier que les dépenses annuelles par habitant s’établiraient au même niveau de 2000-2001 (viii), soit 8300 dirhams (moins de 700 dirhams mensuellement) avec maintien du même écart entre les villes (10600 dirhams) et les compagnes (5300 dirhams). Comment donc les marocains couvrent-ils le différentiel résultant de la hausse des prix ? Une explication plausible : l’endettement avec ses effets néfastes à moyen terme. Selon une étude de l’association professionnelle des sociétés de financement, 75% des marocains ont contracté un ou deux crédits à la consommation (ix), 21% parmi eux se trouvent dans l’incapacité de paiement. En 2007, le total des crédits octroyés fut de 1,8 milliards de dirhams sur un total de demandes estimé à 3,7 milliards de dirhams (x).

2- La caisse de compensation est-elle un palliatif ?
Les mesures de compensation et de politique commerciale (suspension des droits de douanes en faveur des blés, aliments pour bétail et produits laitiers ; en plus des subventions octroyées à l’ONICL (xi)) ont permis jusqu’à l’heure d’éviter une répercussion totale de la flambée des cours du pétrole et des produits alimentaires de base (blé tendre et national, sucre) sur les prix intérieurs des carburants à la pompe et sur les prix des céréales.
La subvention allouée à la caisse de compensation a été multipliée par 5 entre 2002 et 2008, passant de 4 milliards de dirhams à environ 20,8 milliards de dirhams. Les charges de compensation des produits pétroliers, à elles seules, ont atteint 10,3 milliards de dirhams en 2007, elles sont fixées à 13 milliards de dirhams pour 2008(xii). Pour les céréales, le soutien aux prix de l’orge et du blé tendre, est estimé entre 120 et 150 dirhams le quintal pour un total d’environ 60 millions de quintaux (xiii).
Les charges de compensation grimpent à 30 milliards de dirhams si l’on tient compte du manque à gagner en terme de suspension des droits de douanes sur l’orge, le maïs et les blés, et la réduction des droits appliquée au lait pasteurisé et en poudre en 2007, et des subventions annuelles pour l’ONICL (xiv).
Outre les difficultés liées au déficit de la caisse évalué à la fin de 2007 à 9 milliards de dirhams, au tarissement prévu des subventions allouées à la caisse vers Juillet 2008 (xv), Il faudra insister sur le fait que 15% seulement des subventions profitent aux couches cibles (xvi). Par ailleurs, Baraka se demande, « comment des produits qui ont été exonérés de droits de douanes ne voient toujours pas leur prix baisser » (xvii).
Du moment que le Maroc est en situation d’une stagflation rampante, cela signifie qu’il faudra penser à d’autres options que la pression continuelle sur la caisse de compensation.

3- Les pistes à défricher
Les principales propositions, faites par les décideurs, pour sortir du marasme sont plutôt d’ordre réglementaire-institutionnel qu’économique (code du consommateur, cellule de veille nationale, observatoire des prix et conseil de la concurrence). Par ailleurs, la BKAM a décidé de garder inchangé les taux d’intérêt directeurs en se basant sur les prévisions selon lesquelles l’inflation est maîtrisable (xviii).
Certes, les solutions institutionnelles sont importantes et le maintien en fonctionnement de la caisse de compensation est crucial. Néanmoins, les problèmes économiques devront être résolus par des mesures économiques. Dans l’immédiat, il y a lieu d’adopter ce qui suit :
** La réduction de la pression fiscale sur le consommateur en matière de TVA, et sur les fonctionnaires et les employés en matière de l’IR. Cette mesure est de nature à baisser les prix et améliorer le pouvoir d’achat aux dépens d’un accroissement du déficit budgétaire. Seulement, ce déficit sera compensé par une certaine réduction des subventions à la caisse de compensation;
** L’accroissement des salaires nominaux pour élever le niveau des salaires réels est inéluctable. Il n’est pas concevable qu’aux USA de 1914 Ford a appliqué « five dollars day» et au Maroc de 2008 ce seuil n’est pas atteint par le SMIG ;
** L’encouragement de la maîtrise de l’énergie, l’utilisation des énergies renouvelables et surtout l’énergie nucléaire ;
** L’encouragement de la consommation saisonnière et locale ;
** La recherche d’accords de libre échange avec des pays producteurs de pétrole et de gaz.

A terme, des mesures en profondeur devront être prises et appliquées, entre autres:
** L’orientation des terres fertiles vers les besoins essentiels des marocains au lieu de satisfaire les exigences du Millenium Challenge;
** La libération des entreprises, particulièrement la petite entreprise, des multiples fardeaux qui handicapent leur marche, entres autre la concurrence déloyale des grands groupes ;
** L’adéquation formation-emploi par la professionnalisation et la mise en place de fonds spéciaux pour financer la requalification des diplômés chômeurs ;
** L’appui et promotion des coopératives et sociétés solidaires ayant démontré dans d’autres pays leur capacité de création d’emploi et de répartition ;
** La recherche-développement agricole est capitale pour l’amélioration de la productivité du secteur primaire.
La stagflation n’a de corollaire que la déstabilisation économique et les mouvements de protestation. Une fois installée, elle rend les mesures des politiques conjoncturelles vétustes. Certes, la stagflation est une réalité au Maroc et le palliatif de la compensation est loin de dynamiser l’économie et de limiter l’inflation ; il en va de même pour les taux d’intérêt directeurs de Bank Al-Maghrib. Ceci dit, de nouveaux remèdes doivent être managés entre autres les solutions des coopératives et des entreprises solidaires.

(i) Situation économique caractérisée par un ralentissement du rythme de croissance de la production et une augmentation du chômage, alors que la hausse des prix se poursuit ou s’accélère. http://www.universalis.fr/encyclopedie/T401043/STAGFLATION.htm (consulté le 08 Avril 2008 )
(ii) La barre historique des 100 $US franchi, c’est le retournement vers les biocarburants ce qui déclenche la cherté de l’or vert (la quasi-totalité des matières premières agricoles, notamment ceux du blé qui ont atteint un prix moyen en décembre 2007 de 369 dollars la tonne, soit une hausse de 88% par rapport à janvier 2007) BKAM (2008), Rapport sur la politique monétaire, 25 Mars, Rabat. BKAM= Bank Al-Maghrib
(iii) BKAM (2008), op cit.
(iv) Rami M. (2008 ) « Les augmentations exponentielles des prix transforment les rencontres familiales en forum de discussion de la situation économique », Al Itihad Ichtiraki, 8815, 10 mars, pp 8, traduit de l’Arabe.
(v) HCP (2008), Rapport sur l’emploi et le chômage, Rabat.
(vi) Achy L. et Sekkat K. (2007), L’économie marocaine en questions (1956-2006), L’Harmattan, Paris, pp36.
(vii) BKAM (2008), op cit.
(viii) HCP (2002), Enquête Nationale sur les Ménages 2000-2001, Rabat.
(ix) Les crédits à la consommation sont demandés par ordre de priorité pour : l’achat de voitures, l’équipement électroménager, la couverture des frais de scolarité, le remboursement d’autres crédits.
(x) Al Itihad (2008), « Les crédits consomment 70% des salaires : les marocains ont demandé 370 milliards de centimes comme crédits en un an ! », Al Itihad Ichtiraki, 8830, 28 mars, pp 1, traduit de l’Arabe.
(xi) Office National Interprofessionnel des Céréales et Légumineuses.
(xii) Ce montant est appelé à augmenter compte tenu du prix actuel du Baril de Pétrole qui frôle les 110$, soit 35$ de plus par rapport aux hypothèses prévisionnelles de la loi de finances 2008, et la nécessité de débourser selon les analystes 2 milliards de dirhams par mois en compensation. Ramdani M. (2008), « Produits pétroliers et gaziers : la compensation à sec d’ici juillet 2008 », L’Economiste, 2734, 13 Mars, pp 11.
(xiii) A. G. (2008), « Compensation : les coûts cachés du système », L’Economiste, 2707, 5 Février, pp 3.
(xiv) A. G. (2008), loc cit.
(xv) Ramdani M. (2008), loc cit.
(xvi) A. G. (2008), loc cit.
(xvii) Baraka N cité par Harmak R. (2008), « Prix : beurre, eau minérale et livre scolaire dans le collimateur», L’Economiste, 2736, 17 Mars, pp 6.
(xviii) Mabrouk S (2008), « Inflation 2008 : Jouahri surveille de près », L’Economiste, 2728, 5 Mars, pp 11

 

source : http://www.aljamaa.net/fr/detail_khabar.asp?id=427&idRub=5


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :