Publié par : crise2007 | octobre 25, 2008

« La fin de l’histoire »… du capitalisme !!!

 « La fin de l’histoire »… du capitalisme !!!

 

 

 Mohamed Chbani

Il y a quelques années, un certain Francis Fukuyama publiait un essai intitulé : « La fin de l’histoire » : l’occident et sa religion le capitalisme (le dieu – dollar) avaient gagné. Son compatriote Samuel Huntington renchérissait dans son « Choc des civilisations », c’était la fin des idéologies, l’occident avait gagné sa bataille contre le communisme et le socialisme d’une part, et contre le péril vert (l’Islam et ses vertus) et le péril jaune (le sino- confucianisme) d’autre part.
S’il est vrai que le communisme était vaincu et qu’il avait jeté l’éponge à la suite de la chute du mur de Berlin, on est en droit de se demander si le libéralisme sauvage basé sur l’usure avait vraiment gagné au vu du tsunami financier qui secoue les différentes places financières internationales et tout le globe ces derniers jours.

Petit flash back en arrière, quelque temps avant la crise. L’occident se targuait d’avoir une économie libérale qui était à la source de son développement et de son progrès, les analystes financiers occidentaux, les banques d’investissement, les fonds spéculatifs, les bourses, les ténors de l’économie virtuelle, les traders qui vendaient et achetaient de l’argent comme on vend de l’air, enfin tout ce beau monde jouait et gagnait gros, ils « créaient » de la richesse. Les économistes éclairés se moquaient des pauvres musulmans qui avaient tant de scrupules, qui ne se faisaient pas à l’idée de contracter des crédits avec intérêt et qui aspiraient à des banques islamiques. Seuls quelques arabes ouverts, « tolérants » et surtout très riches avaient suivi l’occident dans sa folie des grandeurs. En effet leurs pétrodollars étaient là pour engorger les banques de leurs liquidités, ils étaient là pour renflouer l’économie occidentale, pour couvrir, grâce à leurs fonds d’investissement, les prêteurs sur gages américains qui étaient « victimes » des « Subprimes », prêts à haut risque qui avaient réussi à mettre des milliers d’américains dans la rue.

Retour à la réalité, à la vraie vie, ces arabes « éclairés » et toutes les économies qui ont suivi le géant au pied d’argile ne seront pas épargnés par la crise, toutes les économies qui ont choisi l’usure comme philosophie et comme raison d’être, seront entraînés dans le gouffre qui s’annonce. Finalement l’Islam n’est pas si bête que ça, les pays musulmans n’ont peut être pas décollé mais ce n’est pas à cause des scrupules de leurs peuples en particulier vis-à-vis des prêts avec taux d’intérêts.

Qu’en est-il au Maroc ? Que se passe-t-il ? Pourquoi ce silence ?


Qu’en est –il des retraites des millions de marocains qui sont gérés par une certaine caisse alors que tout le monde sait que cette caisse investit l’argent des marocains dans diverses spéculations internationales. Le sujet est tabou, peut être nous demandera t-on de travailler plus longtemps pour cotiser plus longtemps comme cela s’est fait ailleurs, peut être que les recommandations de mauvais augure de l’ancien argentier du pays seront suivies. L’état ne pourra peut être pas payer les pensions de gens qui ont cotisés vingt, trente, voire quarante années de leurs vie, sauf si nos frères enturbannés volent à notre rescousse, à moins que le pétrole ne s’épuise ou que la crise financière actuelle emporte le vert et le sec selon l’adage arabe. En tout cas le discours qui se veut rassurant du nouvel argentier du pays n’a bluffé personne ; si ce n’est pas de la naïveté, c’est de l’inconscience de croire que la crise mondiale ne touchera pas le Maroc, et qu’il suffit d’attendre et de voir venir (wait and see).

En tout cas la majorité des marocains ont d’autres chats à fouetter, entre la cherté de la vie, la flambée des prix, la rapacité des magnats de l’immobilier dont les immeubles se dégonflent comme peau de chagrin, la crise financière internationale…
A moins que la crise n’ait des retentissements sur le citoyen lambda.
Effectivement, est-ce qu’après ce qui s’est passé, les banques consentiront toujours des prêts pour les simples employés, voire pour les ouvriers ou les artisans, est-ce que nos banques auront toujours les marges de manœuvres nécessaires pour prêter l’argent des uns aux autres ?
La réponse d’un fier banquier marocain à la crise actuelle, est des plus pragmatiques : il faut essayer de bancariser le plus de gens. Comprenez : il y a des gens qui ne mettent pas leur argent dans les banques, ce qui prive celles-ci de sommes importantes; en incitant les gens à déposer leur argent dans les banques, celles-ci disposeront de plus de liquidités pour bourrer le trou financier dans lequel elles se trouvent et pour pouvoir éventuellement spéculer avec la sueur des autres.

Je suppose que les modernistes marocains et les chantres du libéralisme à outrance sont en mal, je suppose qu’ils font profil bas, j’ose espérer qu’ils cesseront de considérer comme des attardés les musulmans qui veulent vivre leur Islam dans toute sa dimension, dans toutes ses vertus, dans tous ses scrupules. J’espère qu’ils cesseront de penser que ce qui a fait que l’islam a pris du retard sur la civilisation occidentale, ce n’est point le refus des musulmans d’embrasser les « valeurs » de l’occident, le capitalisme sauvage de l’occident, le pragmatisme aveugle de l’occident, l’amour de la vie d’ici bas, le profit, l’individualisme, le matérialisme abject, le refus de penser à la mort et à la vie dernière…Ce qui a fait le retard des musulmans c’est tout à fait le contraire, c’est le fait que nous ayons voulu endosser une personnalité qui n’est pas la nôtre, s’identifier à une civilisation qui n’est pas la nôtre, s’empêtrer dans des idéologies étrangères à notre foi, à notre tradition et à notre histoire.

Le crash financier actuel permettra peut être à certains d’y voir plus clair et de comprendre que les hommes qui prédisent un renouveau de l’islam, une renaissance de l’islam, une reviviscence du khalifat islamique sont peut être des visionnaires mais pas des rêveurs ni des lunatiques. Dieu –exalté soit-il- est capable de renverser tout ce monde, comme ce tsunami a renversé les places boursières en une fraction de seconde. Le problème est de savoir si les musulmans sont prêts à prendre le relais et à transmettre à cette humanité qui a perdu la boussole et la boule le message que nous avons reçu de notre bien aimé Prophète ( paix et salut à lui). Est-ce que les dépositaires du message aiment assez ce message, comprennent ce message, appliquent ce message et ont l’envergure nécessaire pour transmettre ce message dans sa toute sa splendeur, dans toute sa spiritualité et dans toute sa pureté.

Gageons -sans crainte de tomber dans la spéculation- que l’avenir de l’humanité en dépend.

 

source : http://www.aljamaa.net/fr/detail_khabar.asp?id=593&idRub=5


Responses

  1. ca part un peu vivre ct’article…

    le mec qui a écrit ca fait vraiment illuminé, surtout pour la fin.

    en plus je ne vois pas en quoi l’amour d’ici bas (la terre, la vie) est incompatible avec une certaine rigueur mentale et des rapports apaisés avec ses semblables ainsi que le reste de la biosphère.

    si les religieux arrêtaient de penser à l’au-delà, à l’après et se concentraient un peu plus sur le monde dans lequel ils vivent, ils feraient un peu moins de malheurs autour d’eux.

    moi j’aime ma terre, et je la respecte, mon seul objectif dans la vie est de transmettre mon patrimoine génétique et de lui assurer la plus grande continuité possible dans le temps.

    ce qui suppose :

    -une biosphère variée et abondante
    -un monde propre et potable, une terre fertile (donc abondante en microorganismes)
    -une population humaine diversifiée et mobile pour améliorer le brassage génétique
    – un climat stable, qui évolue lentement, ce qui permet aux espèces de changer avec lui
    – une harmonie sociale faite d’échange et d’entraide, qui bannit les solutions violentes car qui dit guerre, dit mort et perte de bio diversité.

    voila, pas besoin de remettre son destin dans d’autres mains que celles de l’humanité pour faire de ce monde une oasis. les textes sacrés ont été écrits par des mains d’hommes, ils contiennent un savoir et de bons conseils mais sont aussi truffés d’intentions malsaines et destructrices. ainsi est il bon de les lire avec circonspection et raison, donc très très loin d’une approche illuminée.

    n’oublions pas que l’essentiel des guerres et des morts dans ce monde sont le fait d’affrontements idéologiques/religieux (en y incluant les fanatismes de régime comme le nazisme et le communisme). donc des guerres de croyants.

    qu’on me trouve des conflits mortels initiés par les incrédules…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :