Publié par : crise2007 | novembre 2, 2008

Le monde va se détourner du dollar !

Le monde va se détourner du dollar !

 

 

Paradoxe. L’économie américaine est en crise et pourtant la hausse du dollar se poursuit. Mais il s’agit avant tout d’un effet transitoire. Devant la montée des périls, les investisseurs liquident leurs positions à l’international, ce qui soutient mécaniquement le billet vert. Mais, une fois passé ce rush de désengagement, le dollar jouira-t-il encore de la même aura ? Paul Craig Roberts ne le croit pas. La persistance du déficit US, la méfiance qui s’installe dans le monde entier, provoquent déjà de multiples réactions, partageant toutes le même objectif. Réduire la prééminence de la monnaie US.

 

Par Paul Craig Roberts, Vdare, 29 octobre 2008

Comment expliquer le paradoxe de la forte hausse du dollar face aux autres monnaies (à l’exception du yen japonais), en dépit du fait que les États-Unis soient extrêmement exposés à la pire crise financière depuis la Grande Dépression ? La réponse à cette question ne réside pas dans l’amélioration des fondamentaux de l’économie américaine ni dans la perspective que le dollar puisse conserver son rôle de monnaie de réserve.

La hausse du dollar est due à deux facteurs.

Le premier, c’est l’habituel repli vers la monnaie de réserve provoqué par la panique. Les gens font tout simplement ce qu’ils ont toujours fait en ces circonstances. Pam Martens avait correctement anticipé que la demande panique de bons du Trésor américains aurait pour effet de faire monter le cours du dollar.

L’autre facteur, c’est la fin du carry trade. Le carry trade s’est développé en raison des taux d’intérêts japonais extrêmement bas. Les investisseurs et les spéculateurs ont emprunté en yens à un taux d’intérêt de 0,5%, puis convertis ces yens en d’autres devises afin d’acquérir des créances qui servaient des taux d’intérêt beaucoup plus élevés. De fait, ils obtenaient des fonds quasiment gratuitement au Japon, qui étaient ensuite prêtés dans d’autres pays payant des intérêts plus élevés.

La crise financière a inversé ce processus. Les produits dérivés toxiques américains, qui furent commercialisés dans le monde entier par Wall Street, ont mis en danger les bilans et la solvabilité non seulement des établissements financiers d’un bout à l’autre de la planète, mais aussi des gouvernements, comme l’Islande et la Hongrie. Les banques et les gouvernements qui ont investi dans ces instruments financiers américains douteux se sont vus eux aussi en danger.

Ceux qui ont utilisé des prêts en yen pour acheter par exemple les titres émis par les banques européennes ou le trésor islandais, font potentiellement face à des pertes catastrophiques. Les investisseurs et les spéculateurs ont vendu ces titres spéculatifs et se sont rués sur les dollars et les yens afin de rembourser les emprunts souscrits au Japon. C’est ce qui a fait monter le cours du yen et du dollar, ces monnaies de réserve qui peuvent être utilisés pour rembourser les dettes, et a fait chuter les cours des autres devises.

Mais cette hausse du dollar n’est que temporaire, et les perspectives de la monnaie US sont plutôt sombres. Le déficit commercial américain se réduira du fait de la baisse des dépenses de consommation durant cette récession, mais il n’en restera pas moins le plus élevé au monde, et les États-Unis ne pourront pas y mettre un terme par l’augmentation de leurs exportations. Jusqu’à présent, ce déficit commercial américain était financé par les investisseurs et les Etats étrangers se portant acquéreurs d’actifs en dollars, mais aujourd’hui leurs portefeuilles sont déjà lourdement chargés.

Le déficit budgétaire du gouvernement américain, déjà très important, ira croissant alors que s’ajoutent des centaines de milliards de dollars à cette forte dette. Aujourd’hui, dans la mesure où les investisseurs fuient les marchés boursiers en direction des bons du Trésor, ce marché est temporairement moins dépendant des acquisitions des gouvernements étrangers. Néanmoins, le poids de ce fardeau pesant sur l’étranger et sur l’épargne mondiale, qui a permis de financer la consommation américaine, le gouvernement, le budget militaire des guerres et le renflouement du secteur financier US, est de plus en plus difficilement toléré.

Ce ressentiment, combiné avec le préjudice causé à la réputation de l’Amérique par la crise financière, a provoqué de nombreux appels en faveur de l’établissement d’un nouvel ordre financier dans lequel les États-Unis joueraient un rôle nettement moindre. L’expression « Surmonter la crise financière » exprime de façon codée pour le reste du monde l’intention de renverser l’hégémonie financière américaine.

Le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine ont formé un nouveau groupe (BRIC) pour défendre de façon coordonnée leurs intérêts durant le prochain sommet financier qui aura lieu en novembre à Washington.

Le 28 Octobre, RIA Novosti a indiqué que le Premier ministre russe Vladimir Poutine avait suggéré à la Chine que leurs deux pays utilisent désormais leurs propres monnaies dans leurs échanges bilatéraux, ce qui permettrait d’éviter l’usage du dollar. M. Wen Jiabao, le premier ministre chinois, a répondu en déclarant que le renforcement de ces relations bilatérales était stratégique.

L’Europe a également signifié qu’elle avait l’intention d’exercer un nouveau rôle de chef de file. Quatre membres du G7, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Italie, ont réagi à cette crise financière en appelant à de vastes réformes du système financier mondial. Jose Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a déclaré qu’un nouveau système financier mondial est possible « si l’Europe y occupe un rôle de leadership. »

Le Président russe Dmitri Medvedev a de son côté déclaré que l’« égoïsme économique » de la « vision unipolaire du monde » de l’Amérique était une « impasse politique. »

Les « énormes réserves de devises de la Chine et sa forte position dans l’industrie manufacturière lui ont attribué le rôle de chef de file de l’Asie. Le Vice-Premier Ministre de Thaïlande a récemment qualifié le yuan chinois de « monnaie convertible du monde, justifiée et consacrée ».

Habituellement, les Chinois sont très prudents dans leurs déclarations, mais le 24 Octobre Reuters a indiqué que le Quotidien du Peuple, le journal officiel du gouvernement, dans une tribune publiée en première page, avait accusé les États-Unis de piller « la richesse mondiale en utilisant la position dominante du dollar. » Pour corriger cette situation inacceptable, cette tribune appelait l’Asie et les pays européens à « bannir le dollar de leurs relations commerciales directes, en utilisant uniquement leurs propres monnaies. » Et cette étape, poursuivait l’auteur, devrait être un simple point de départ pour renverser la domination du dollar.

Les Chinois expriment également d’autres idées qui pourraient retenir l’attention d’un gouvernement américain mois arrogant et moins enclin aux illusions. Zhou Jiangong, le rédacteur en chef de la publication en ligne, ChinaStakes.com, s’est récemment interrogé : « Pourquoi la Chine devrait-elle aider les États-Unis à émettre sans fin leur dette avec la conviction que leur crédit puisse grandir sans limite ? »

La solution que préconise pour la Chine Zhou Jiangong contre les excès américains est de s’opposer plus résolument à Wall Street.

Beijing dispose de l’argent pour ce faire, et les prudents chinois accompliraient sûrement un meilleur travail que cette bande de voleurs qui ont détruit la réputation financière de l’Amérique, tout en exploitant le monde pour se procurer leurs primes de plusieurs millions de dollars.


source : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2307


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :