Publié par : crise2007 | janvier 27, 2010

Du chômage aux plans de relance, trois signes qui augurent mal de la croissance aux Etats-Unis

Du chômage aux plans de relance, trois signes qui augurent mal de la croissance aux Etats-Unis


Bill Bonner

par Bill Bonner

▪ Il faisait gris, froid et le temps était à la neige à Paris ce matin. Nous étions censé être en route vers la chaleur de l’Inde, mais un changement de procédures de visa nous a pris par surprise. Notre voyage indien devra attendre le mois prochain — en attendant, nous revenons à notre chronique quotidienne des événements économiques et boursiers, comme tous les jours.

Quelle reprise ! Si l’économie continue à se remettre de la sorte, nous serons bientôt tous ruinés…

Les ventes de maisons chutent… le chômage grimpe… et les gens s’appauvrissent !

Comme nous le disions hier, ce pourrait être le début de la fin pour ce marché baissier. Nous avons vu la première jambe de baisse. Nous avons vu le rebond. Nous sommes prêt pour le prochain plongeon.

Cette semaine, les chiffres des ventes de maisons anciennes en décembre ont été publiés aux Etats-Unis. Ils étaient décevants, près de 17% inférieurs à ceux de l’année précédente.

Le chômage continue de grimper, pour autant que nous puissions en juger. Il grimpe pour deux raisons. Parce que nous vivons une dépression. Et parce que les autorités essaient de « faire quelque chose ».

A ce sujet, nous nous référons à trois phénomènes différents. Ils sont inter-connectés… et ils montrent tous la même chose : une économie qui est sur la pente descendante.

▪ Premièrement, les demandes d’allocations-chômage ont grimpé la semaine dernière… avec 36 000 demandeurs supplémentaires.

Bloomberg nous en dit plus:

« L’emploi a chuté dans 39 Etats des Etats-Unis en décembre, soit sept de plus que durant le mois précédent, ce qui indique que les pertes d’emploi ont été très larges ».

« Alors que le taux de chômage [américain] devrait atteindre en moyenne 10% cette année, les budgets des Etats pourraient continuer à subir la pression de recettes fiscales limitées et de versements d’assurance chômage. Même si le rythme des licenciements a ralenti sur les 12 derniers mois, le temps nécessaire pour trouver un emploi est passé au sommet record de 29,1 semaines en décembre ».

Une analyse effectuée par l’AP montre que les plans de relance n’ont aucun effet sur l’emploi. L’AP a examiné des régions ayant reçu de grosses sommes pour réparer des routes et des ponts, et a fait la comparaison avec celles qui n’ont rien reçu. Ils n’ont trouvé aucun lien entre les dépenses et les taux d’emploi.

Nous sommes nous-mêmes un peu surpris. Nous savions que les relances étaient du gaspillage. Mais nous pensions que les autorités pouvaient générer un peu d’embauche ici et là, si elles y mettaient un peu du leur. Apparemment pas — du moins pas à l’échelle du plan de relance actuel.

Pour dire les choses en termes un peu plus larges : les plans de relance ne relancent rien du tout. En fait, ils retardent. Puis ils affaiblissent… en prenant du capital qui devrait normalement aller à des utilisations productives et en le jetant par les fenêtres. Au lieu de laisser le secteur privé tranquille, de manière à ce qu’il puisse trouver de nouvelles manières de mettre les ressources au travail, les autorités prennent ces ressources et les gâchent « à l’ancienne », de manière improductive. Résultat : de l’argent dépensé ; pas de relance ; des gens plus pauvres.

▪ Deuxièmement, l’Institution Brookings a lancé un avertissement lundi. Selon elle, 30% des Etats-Unis sont sous le seuil de pauvreté, ou vont l’atteindre. Les Etats-Unis sont en train de devenir « un pays en voie de développement », déclarait le rapport, avec 39,1 millions de personnes pauvres.

▪ Troisièmement, lorsque les autorités prennent l’argent, l’éloignant des entreprises productives et des épargnants honnêtes, elles encouragent aussi les gens à ne PAS travailler. Comment est-ce possible ? Alan Reynolds expliquait dans le New York Post du mois dernier que les autorités avaient probablement ajouté deux points au taux de chômage simplement en faisant passer les allocations des 26 semaines traditionnelles aux 79 semaines actuelles.

« Lorsqu’on subventionne quelque chose, on en obtient plus », écrit-il.

C’est ainsi que les autorités fonctionnent. Elles punissent le succès et récompensent l’échec. Si un homme a la chance de trouver un bon emploi et de gagner de l’argent, les autorités l’en dépouillent à force d’impôts. S’il ne trouve pas de travail, en revanche, elles lui donnent des subventions. Plus il reste au chômage, plus elles lui donnent d’argent.

Si un banquier gère correctement sa banque, il n’obtient rien d’autre que des problèmes de la part des autorités : de la paperasserie, de la bureaucratie, des réglementations chicanières. Mais s’il la gère mal, il obtient des milliards de dollars de renflouage.

Si un constructeur automobile prend la meilleure entreprise du monde et la mène droit dans le mur, il obtient le soutien du gouvernement fédéral. S’il gère bien son entreprise, il n’obtient rien d’autre que des migraines.

Le programme de relance mis en place par les autorités récompense l’échec. Naturellement, elles en obtiennent beaucoup.

source : http://www.la-chronique-agora.com/articles/20100127-2452.html

Publicités

Responses

  1. Sè bien beau de critiké la décision ka prise le gouvernement américain dalonjé la durée dindemnisation du chomaje comme vs le dites parce que sa va soi-disant décourajé les jens de ch du travail et ensuite de raplé ke les taux de pauvreté atteigne des sommets aux USA et kil faudrait y prendre garde pr ne pas ke se pays redevienne un pays en voie de développement.

    Vs ne trouvé pa sa légèrement schizofrène ?

    dites vs bien ke si sète décision de prolonjé la durée de l’alloc’ chomaje navè pa zété prise, sè peu tètre bien la moitié de la population américaine au bas mot ki s’rait sous le seuil de pauvreté.

    Cette façon de penser ki consiste a afirmer kune personne ne va pa ch de travail tt simplement parce que son allocation chomaje a été prolonjé est des plus révoltantes.

    Ne pensé vs pa ke les personnes ki se retrouvent ds un contexte de crise aussi aigu que celui-ci ne vt pa ch a toute force un travail kel kil soit plutau ke de ch a resté au chomaje ?

    Ms voila du travail, yen na pu !

    En attendant, les gens doivent bien vivre !
    Surtout ke ce sont les hautes instances ki on créé cette crise et ke sè la population ki la subit en majorité.
    et il faudrait encore ke se soit le peuple ki paye les pots cassés !

    s’tune blague ?

    surtout connaissant l’insuffisance notoire de la protection sociale américaine…

    si vs voulez avr une idée des conséquences possibles de ski riske de se passé aux US sans mesures sociales fortes, renségné vs sur l’Histoire de France et regardé a lannée 1789…

    Si ns autres Européens avt instauré une protection sociale d’envergure comparé aux US, se nè pa par charité chrétienne ms bien pr garantir la paix sociale et notre Histoire ns rapelle sans cesse ke sè qqch d’absolument indispensable.

    sè dc un investissement non pa économik ms social et cela est censé garantir voire renforcé la cohésion de la société tt autant ke de protéjé les plus faibles et en ce sens, sè un élément de justice social fondamental !

    Les Américains en particuliers libéraux seraient-ils incapable de comprendre se raisonnement des plus élémentaires ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :