Publié par : crise2007 | mai 20, 2008

MAROC, Inflation, la surchauffe menace !

MAROC, Inflation, la surchauffe menace !

 

 L’indice des prix des produits alimentaires a évolué de 4,5% au cours du premier trimestre.
L’inflation, tous produits confondus, a atteint 2,4% pour le premier trimestre et 3,2% pour le seul mois
de mars.
+2,3% pour les équipements ménagers, +1,6% pour l’habillement et les loisirs.

page_image Les pressions à la hausse des prix à la consommation, apparues depuis 2006, se confirment, pour ne pas dire s’exacerbent. Et même les prévisions, pour les semaines voire les mois à venir, sont loin d’être optimistes, compte tenu de la persistance de l’envolée des cours mondiaux des matières premières, en particulier énergétiques.

Au premier trimestre de cette année, en effet, l’inflation, mesurée par l’indice du coût de la vie (ICV), s’est située à 2,4%, et elle atteindrait 3,2% au deuxième trimestre, selon les prévisions du Haut commissariat au plan (HCP).

Sur le seul mois de mars, l’inflation a été de 3,2%. Et ce qui paraît être la source de l’exaspération des consommateurs, c’est surtout le fait que ce sont les produits alimentaires, plus particulièrement ceux consommés presque quotidiennement, qui ont subi les hausses les plus importantes. L’inflation alimentaire a en effet été de 4,5% sur les trois premiers mois de 2008 et de 5,5% sur le seul mois de mars.

Ce profil de l’inflation, apparu depuis le quatrième trimestre 2007, est à l’opposé de celui de 2006 où l’inflation (3,3%) était essentiellement d’origine énergétique – même si la hausse s’est propagée à d’autres produits, comme les services, le transport et quelques produits alimentaires.

La compensation, un filet malgré tout
Désormais planétaire, la «crise» qui affecte les matières premières agricoles n’est plus seulement conjoncturelle (en liaison avec les incidents climatiques) mais aussi structurelle (hausse de la demande, notamment des pays émergents comme la Chine et l’Inde, et réaffectation de quantités de plus en plus grandes de produits agricoles à la production de biocarburants).

D’où la persistance du phénomène inflationniste dans le monde et qui a atteint le Maroc via les importations de produits alimentaires de base comme les céréales, les oléagineux, le sucre, les produits laitiers, notamment. A titre d’exemple, l’huile de table, au Maroc, a connu cinq augmentations entre septembre 2007 et mars 2008. Heureusement pour les consommateurs, les prix des produits agricoles frais ont, eux, connu au contraire une décélération par rapport à leur niveau de 2006/2007.

C’est ce qui explique que, dans le niveau de l’inflation pour le premier semestre 2008, la part de l’alimentation hors frais est prépondérante, puisqu’elle y a contribué pour 1,3 point.

Surtout, l’intervention publique, à travers la Caisse de compensation, a joué un rôle fondamental dans le niveau des prix de l’alimentation hors frais et des carburants. Sans l’injection de fonds considérables (on parle désormais d’une enveloppe qui pourrait atteindre 38 milliards de DH sur l’année 2008 ) pour soutenir certains produits de consommation, l’inflation aurait été et serait encore beaucoup plus élevée.

Il faut savoir d’ailleurs que l’inflation sous-jacente (qui ne tient pas compte des produits à prix volatils et des tarifs publics) est nettement plus élevée (1,4 point de plus) que l’inflation d’ensemble : 3,8% contre 2,4% sur le premier trimestre. Pour le deuxième trimestre, l’inflation sous-jacente atteindrait 5,4%, selon les indications du HCP.

Certes, pour l’essentiel, l’inflation est d’origine extérieure, affectant les biens échangeables (quoique à un degré moindre pour l’énergie en raison de l’effet de change qui bénéficie au Maroc s’agissant du dollar, monnaie de facturation des produits pétroliers) ; mais on aurait tort de croire que les autres produits, non alimentaires, sont épargnés par la hausse des prix. En effet, sur le premier trimestre de cette année, l’indice des prix de l’habillement a progressé de 1,6%, celui des équipements ménagers de 2,3%, et celui des loisirs et culture de 1,6%.

En revanche, l’indice des prix des transports et communication a carrément baissé (- 2%). Mais, comme le fait remarquer, en plaisantant à peine, un observateur, «la communication, c’est très bien, mais ça n’apaise pas un ventre affamé… ». Tout le débat sur la place centrale de l’agriculture dans l’économie mondiale est résumé ici !

source : http://www.lavieeco.com/Economie/inflation-la-surchauffe-menace

About these ads

Responses

  1. Je pense qu’une hausse de la demande n’est pas l’explication de cette crise et hausse des prix sur les produts alimentaires. de meme, la reaffectation vers la production de biocarburant reste une part des marginale de l’utilisation de ces matieres premieres. Il est pertinent de signaler que de nombreux secteurs de l’économie nationale dépendent étroitement du pétrole et des produits dérivés. Aussi, une augmentation des prix provoque-t-elle une spirale d’ajustements à la hausse des prix de nombreux produits de consommation courante notamment des produits alimentaires. Nous faisons donc face a un phenomene qui est mondial: l’inflation en zone EURO est un exemple flagrant, de meme que chez nos voisins d’Afrique.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :